• Clécy

     

     

     

    Nous trouvons la première trace officielle de "Clécy" dans les Archives Nationales. Un recueil mentionne, qu'en l'an 860 le roi de  France, Charles II le Chauve, donne à son fidèle Augis, la villa de Cliciaccus sur l'Orne. Ce nom d'origine gallo-romaine signifie le domaine de Cliccius.

    L'église de Clécy

    L'Orne dans Le Vey

    Le viaduc de chemin de fer 

    Guinguettes au bord de l'eau # Clécy

     

     

     

    Rochers des Parcs 1

    Un Sentier sur Rochers des Parcs

    Lors Pont dans La Sauvegarde



    Une villa à l'époque gallo-romaine, était une immense exploitation agricole. Celle-ci contenait douze domaines agricoles. Selon le système féodal, ce "fief" a été partagé en douze vassories du Xème au XIème siècle. Certains ont donné, par la suite, leur nom aux villages ou hameaux (Le Ham, Suraune,Vandie, Le Fresne, Béron, Cantepie...). Une étude historique certifie que le cimetière, aujourd'hui disparu, situé derrière l'église côté nord, est mérovingien : la croix existante de nos jours est donc le seul héritage de cette époque. Bien que les traces mérovingiennes soient donc évidentes, "la paroisse" en tant que telle, date de l'époque carolingienne (après 751). Au XVIème siècle, en raison de la Réforme, de nombreuses paroisses de la région voyent de multiples pugilats entre catholiques et réformés.

    Clécy, France

     

     Clécy

     

    La pain du Sucre

    La pain du Sucre

     

     

     

    L'Orne près de Clécy

    L'église Saint-Pierre date du 15ème sicèle, elle fut en partie restaurée en 1855. Le clocher fut conservé. En 1864, il y eut la construction de deux chapelles et d'un nouveau clocher. Ancien diocèse de Bayeux, sous patronage abbaye Fontenay syr Orne; Plan en croix latine; 3 vaisseaux; gros oeuvre en schiste, grès, calcaire, granite, appareil mixte. Couverture : toit à longs pans; pignon couvert; pignon découvert; croupe; appentis; flèche polygonale

    Le XVIème siècle vit se construire les différents châteaux et manoirs (La Landelle, Cantelou, Placy, Les Jardins,Le Poncel, La Chaise...).

    Le centre de Clécy prit de l'importance et se densifia avec la naissance d'un marché (1632). Il prit alors l'appelation de bourg. Ce marché du dimanche, fut prospère jusqu'à la Révolution. Il disparut avant la dernière guerre. La situation géograghique et les conditions géologiques ont contribué grandement aux particularités de ce village pittoresque. La commune s'étend sur 2460 ha. Elle est bornée au Nord et à l'Est par 11 km de rivière : L'  Orne. Cette dernière se fraye un passage sinueux entre le relief parfois accidenté et les collines normandes. Ceci explique l'existence des différents gués, bacs, ponts, pêcheries et moulins. Le premier pont fut édifié en 1786 sur la "route royale" : Le pont de  la Landelle. L'exploitation de la rivière fut d'abord  d'ordre nourricier, puis avec l'ère industrielle au XIXème siècle, on exploita sa force motrice (moulins) et hydro- électrique (usines textiles). Les travaux de la ligne de chemin de fer Caen-Flers-Laval furent décidés en 1860. Elle était empruntée  notamment par les ouvriers des filatures et pour transporter du minerais de fer. Elle sera  fermée en 1970 pour les voyageurs et définitivement, en 1978 avec la fermeture de la dernière exploitation minière. Dès le début du XXème siècle, l'activité économique de Clécy s'est tournée vers le tourisme. Monsieur Martin Adolphe, Maire de Clécy avec d'autres élus, proposa en 1919, la création  du syndicat d'initiatives de Clécy et de la Suisse Normande. Au début, quelques hôtels : la petite Suisse, l'Hôtel des voyageurs, le Relais de la Landelle... offraient leurs services aux gens de passage. Après la deuxième guerre mondiale, le tourisme prit un véritable essor et les capacités d'accueil s'agrandirent. C'est en septembre 1932, lors de la visite à Clécy du ministre Gourdeau que Clécy fut nommée officiellement "Capitale de  la Suisse Normande".
    Depuis 1996, Clécy fait partie de Communauté de Communes de la Suisse Normande qui regroupe 34 communes. http://www.suisse-normande.com/

    La bruyere

    Orne bridge

    viaduct

     

    Orne panorama

    Suisse Normande

     Le Vey


    votre commentaire
  • Condé-sur-Noireau

    Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
     
    Aller à : navigation, rechercher
    Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condé.
    Condé-sur-Noireau
    Le centre-ville
    Le centre-ville
    Blason de Condé-sur-Noireau
    Blason
    Administration
    Pays Drapeau de la France France
    Région Basse-Normandie
    Département Calvados
    Arrondissement Vire
    Canton Condé-sur-Noireau
    Intercommunalité Communauté de communes Condé Intercom
    Maire
    Mandat
    Pascal Allizard
    2008-2014
    Code postal 14110
    Code commune 14174
    Démographie
    Gentilé Condéens
    Population
    municipale
    5 315 hab. (2011)
    Densité 424 hab./km2
    Population
    aire urbaine
    7 645 hab. (2010)
    Géographie
    Coordonnées 48° 51′ 05″ Nord 0° 32′ 56″ Ouest / 48.8513888889, -0.548888888889 / 48.8513888889; -0.548888888889  
    Altitude Min. 72 m – Max. 173 m
    Superficie 12,53 km2
     
    Localisation

    Géolocalisation sur la carte : France

    Voir la carte topographique de France
    City locator 14.svg
    Condé-sur-Noireau
    Liens
    Site web www.conde-sur-noireau.com

    Condé-sur-Noireau est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 5 315 habitants[Note 1] (les Condéens).

     

     

    Géographie[modifier | modifier le code]

    Condé-sur-Noireau est en Bocage normand, aux confins de la Suisse normande et des Bocages flérien et virois. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place pour sa plus grande partie dans l'unité de la Suisse normande qu'il caractérise par « un relief particulièrement vigoureux » aux paysages « parmi les plus emblématiques de l’image touristique de la région »[1]. Le sud-ouest du territoire est classé dans l'unité du bassin de Vire. L'agglomération est à 12 km au nord de Flers, à 26 km à l'est de Vire, à 30 km à l'ouest de Falaise et à 46 km au sud de Caen[2].

    L'agglomération est traversée par la route départementale no 562 (D 962 dans l'Orne), ancienne route nationale 162, reliant Caen à Flers. Elle y est rejointe par la D 512 (ancienne N 812) menant à Vire à l'ouest et la D 511 (ancienne N 811) permettant de joindre Pont-d'Ouilly à l'est et Saint-Pierre-d'Entremont puis Tinchebray au sud-ouest. La D 36 mène à Proussy au nord-ouest.

    Condé-sur-Noireau est dans le bassin de l'Orne, par son affluent le Noireau qui délimite le territoire puis le traverse au sud-est. Son affluent la Druance, arrivant par le nord-ouest, traverse l'agglomération avant de confluer. Elle y reçoit les eaux de l'Odon (homonyme de l'affluent direct de l'Orne) provenant du sud-ouest.

    La Druance dans le centre-ville.
     

    Le point culminant (173 m) se situe au nord-est, au lieu-dit la Justice, en surplomb de la chapelle Saint-Jacques. Le point le plus bas (72 m) correspond à la sortie du Noireau du territoire, à l'est.

    Comme toute la Basse-Normandie, Condé bénéficie d’un climat océanique avec des étés frais et des hivers doux. La station météorologique la plus proche est celle de Caen-Carpiquet à 38 km, celle d'Alençon-Valframbert est à 65 km et celle de Granville-Pointe du Roc à 75 km. La Suisse normande et surtout le Bocage virois s'en différencient toutefois assez nettement pour la pluviométrie annuelle qui, à Condé, avoisine les 900 mm[3].

    En dehors de la partie urbaine, les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, le Poncel, le Perreux, Bouilly (au nord), la Justice, Plaisance, Vaux, les Folies (à l'est), la Manigance, la Conterie, Belle Étoile, Brévaux, la Gestrie, l'Abbaye(au sud), la Milonnière, le Busq, la Rougetière, la Cirouetière, la Rougetière, la Louvetière, la Calaisière, l'Aumondière, la Poissonnière, la Blonnière, la Mérousière, les Folies (deux lieux-dits homonymes), la Belloyère (à l'ouest), la Mottinière, le Bas Mesnil, le Haut Mesnil et le Mesnil[4].

    Toponymie[modifier | modifier le code]

    Le nom de la localité est attesté au Moyen Âge sous les formes latinisées Condatensem, Condetensem vicum vers 1020, puis Condati 1106 - 1135, Conde en 1236[6].

    Condé représente l'évolution phonétique régulière du gallo-roman CONDĀTE en langue d'oïl. Ce type toponymique est issu du gaulois condate « confluence, réunion ». On le rencontre dans de nombreux noms de communes, dont le déterminant complémentaire est souvent le nom du cours d'eau principal. Il en est ainsi de Condé-sur-Huisne, Condé-sur-Iton, Condé-sur-Sarthe, Condé-sur-Vire, auxquels on peut ajouter Condé-sur-Laizon devenu après fusion Condé-sur-Ifs. Pour Condé-sur-Seulles et Condé-sur-Risle, la rivière ne reçoit pas mais se sépare momentanément en deux cours d'eau[7]. Condé-sur-Noireau doit donc son nom à la confluence de la Druance et du Noireau.

    Histoire[modifier | modifier le code]

    En 1418, pendant la guerre de Cent Ans, elle tombe sous la domination anglaise et John Fastolf en est le gouverneur. La ville est plus tard employée par François de Surienne pour attaquer la ville de Fougères en Bretagne. Cela mène à la fin de la guerre de Cent Ans, quand Charles VII reprend la ville, et tout le duché de Normandie.

    Condé fut l'une des premières villes majoritairement réformée. Au XVIe siècle, les protestants y tinrent plusieurs assemblées. En 1674, ils y tinrent un synode provincial.

    Le Noireau et la Druance ont favorisé les activités de Condé. La ville comptait avant le XVIIIe siècle deux importants moulins à farine sur le Noireau, le moulin de Saint-Martin en amont et le moulin Biot en aval, et un autre sur la Druance, le moulin de la Bataille. Il y avait également des moulins à tan et des moulins à foulon[8].

    Dès le XVIIIe siècle, Condé est l’une des cités les plus actives du département. La fabrication de la toile, des draps et du lin fait vivre environ 7 000 ouvriers[9]. La coutellerie est également réputée.

    Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Noireau[10].

    Au début du XIXe siècle, les petites filatures hydrauliques s’installent à Condé. La première imprimerie date de 1829. Dans les années 1860, la ville est à l’apogée de son développement économique avec une grande industrie textile (on compte alors 55 filatures hydrauliques, 8 000 métiers à tisser) à laquelle s’ajoute un artisanat très actif. Elle obtient en 1868, pour accompagner ce développement, la création du chemin de fer de la Suisse normande partant de Flers et rejoignant Caen en 1874. Entre temps, l'activité condéenne aura cependant subi ses premières difficultés : le blocus naval lors de la guerre de Sécession rompt une grande partie de l'approvisionnement en coton et seule une filature reste en activité en 1863. Il y a 650 chômeurs, les actifs voyant leurs horaires très restreints[11].

    Avec la Seconde Guerre mondiale, Condé connaît ses heures les plus tragiques. La ville est détruite à 95 % par les bombardements qui feront au total 252 victimes. La reconstruction de la ville s’achève en 1963 avec l’inauguration de l’hôtel de ville. Condé-sur-Noireau devient alors la « filleule de guerre » de la ville de Vincennes (Val-de-Marne), qui aide à sa reconstruction.

    Héraldique[modifier | modifier le code]

    Armes de Condé-sur-Noireau

    Les armes de la commune de Condé-sur-Noireau se blasonnent ainsi :
    D’azur à la fleur de lys d'argent[12].

    Administration[modifier | modifier le code]

    Liste des maires[13]
    PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
    v. 1850   Guillet[14]    
             
    1934 1944 Louis Trolley    
    1944 1944 Fernand Bibaut    
    1944 1959 René Pauwels    
    1959 1964 Robert Gossart    
    1964 1971 Maurice Dossin    
    1971 1995 Maurice Piard    
    1995 en cours Pascal Allizard DVD, puis UMP Vice-président du conseil général
    Toutes les données ne sont pas encore connues.

    Le conseil municipal est composé de vingt-neuf membres dont le maire et sept adjoints.

    Démographie[modifier | modifier le code]

    En 2011, la commune comptait 5 315 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Condé-sur-Noireau a compté jusqu'à 7 350 habitants en 1876.

     
               Évolution de la population  [modifier]
    179318001806182118311836184118461851
    4 327 3 700 3 925 5 436 5 562 6 449 5 976 6 355 6 368
    185618611866187218761881188618911896
    6 969 7 234 6 643 6 871 7 350 7 279 7 252 6 764 6 663
    190119061911192119261931193619461954
    6 591 6 247 5 604 5 357 4 937 4 852 4 800 3 358 4 277
    19621968197519821990199920062011-
    6 231 6 568 7 287 7 098 6 309 5 820 5 603 5 315 -
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[15])
    Histogramme de l'évolution démographique

    Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

    La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,7 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

    La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

    • 47,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 21 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 23,5 %) ;
    • 52,7 % de femmes (0 à 14 ans = 15,2 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 17 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 33,5 %).
    Pyramide des âges à Condé-sur-Noireau en 2007 en pourcentage[16]
    HommesClasse d’âgeFemmes
     
    0,4 
    90  ans ou +
     
    1,7 
     
    7,9 
    75 à 89 ans
     
    13,8 
     
    15,2 
    60 à 74 ans
     
    18,0 
     
    18,8 
    45 à 59 ans
     
    19,2 
     
    18,2 
    30 à 44 ans
     
    17,0 
     
    21,0 
    15 à 29 ans
     
    15,1 
     
    18,5 
    0 à 14 ans
     
    15,2 
    Pyramide des âges du département du Calvados en 2007 en pourcentage[17]
    HommesClasse d’âgeFemmes
     
    0,3 
    90  ans ou +
     
    1,1 
     
    5,9 
    75 à 89 ans
     
    9,4 
     
    12,3 
    60 à 74 ans
     
    13,7 
     
    21,0 
    45 à 59 ans
     
    20,4 
     
    20,5 
    30 à 44 ans
     
    19,2 
     
    20,3 
    15 à 29 ans
     
    19,0 
     
    19,7 
    0 à 14 ans
     
    17,3 
     

    Économie[modifier | modifier le code]

    Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

    Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

    Culture[modifier | modifier le code]

    Les Condéens disposent d'une médiathèque et d'un cinéma (Le Royal), remis complètement à neuf et rouvert en 2003, à la suite des terribles dégâts causés par la tempête de décembre 1999. La ville dispose en outre d'un centre aquatique de loisirs et d'un vaste parc municipal au cœur de la ville.

    Côté musical, Condé-sur-Noireau abrite l'orchestre d'harmonie de l'école de musique de la ville, ainsi que la Manécanterie des Petits Chanteurs de Notre-Dame de la Joie qui donnent plusieurs concerts et animations chaque année.

    En 1999, la ville de Condé-sur-Noireau, avec l'aide financière de la Région et du Département, a pu acquérir l'importante collection Léandre créée par Henri Buron et exposée à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire) ; 80 œuvres sur un fonds de près de 300 sont exposées en permanence à l'espace-musée Charles Léandre.

    Sports[modifier | modifier le code]

    Les amateurs de sports aquatiques peuvent s'adonner à leur activité sous le toit ouvrant du centre aquatique, qui possède trois bassins et un toboggan géant.

    Les couleurs de Condé sont défendues à haut niveau par son équipe féminine de football, le Football Club féminin Condéen[21].

    L'Entente sportive municipale condéenne fait quant à elle évoluer une équipe masculine de football en ligue de Basse-Normandie et une autre en division de district[22].

    Jumelages[modifier | modifier le code]

    Manifestations[modifier | modifier le code]

    Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    Notes[modifier | modifier le code]

    1. Population municipale 2011.
    2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002 [archive], dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
    3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
    4. Voir Scandale de l'amiante.

    Références[modifier | modifier le code]

    1. [PDF] www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 7.3.2 : La Suisse normande [archive] (consulté le 14 octobre 2013)
    2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr [archive]
    3. Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 [archive] (consulté le 9 septembre 2012) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
    4. Condé-sur-Noireau [archive] sur Géoportail.
    5. Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée [archive]
    6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)[1] [archive]
    7. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-862537-9), p. 85 
    8. François Lefaivre, Petite histoire de l'activité industrielle de Condé-sur-Noireau aux XIXe et XXe siècles, Condé-sur-Noireau, Éditions du Petit Chemin,‎ juin 2007 (ISBN 978-2-7546-0027-9), p. 9-11 
    9. François Lefaivre, Petite histoire de l'activité industrielle de Condé-sur-Noireau aux XIXe et XXe siècles, Condé-sur-Noireau, Éditions du Petit Chemin,‎ juin 2007 (ISBN 978-2-7546-0027-9), p. 11 
    10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui [archive] sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    11. François Lefaivre, Petite histoire de l'activité industrielle de Condé-sur-Noireau aux XIXe et XXe siècles, Condé-sur-Noireau, Éditions du Petit Chemin,‎ juin 2007 (ISBN 978-2-7546-0027-9), p. 22 
    12. GASO, la banque du blason - Condé-sur-Noireau Calvados [archive] (consulté le 24 mai 2013)
    13. Source partielle : François Lefaivre, Condé-sur-Noireau et sa communauté de communes, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet,‎ septembre 2010 (ISBN 978-2-84706-324-4), p. V 
    14. Annuaire du Calvados, année 1850, p.368.
    15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006 [archive], 2011 [archive]
    16. Évolution et structure de la population à Condé-sur-Noireau en 2007 [archive], sur le site de l'Insee [archive] (consulté le 21 novembre 2010)
    17. Résultats du recensement de la population du Calvados en 2007 [archive], sur le site de l'Insee [archive] (consulté le 21 novembre 2010)
    18. a, b, c, d, e et f Condé-sur-noireau.com : Industries à Condé sur Noireau [archive] (consulté le 4 novembre 2008).
    19. http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2013/06/29/a-conde-honeywell-ferme-la-porte_3438963_3234.html [archive]
    20. Site du groupe [archive]
    21. Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – F.C. Feminin Condeen [archive] (consulté le 29 février 2012).
    22. Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Ent.S. Municipal Condeenne [archive] (consulté le 24 mai 2013).

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    Articles connexes[modifier | modifier le code]

    Bibliographie[modifier | modifier le code]

    • Condé se souvient, éditions Charles Corlet,‎ 1994 (ISBN 2-85480-634-4) 
    • Roger Pecqueur, Condé-sur-Noireau sous les bombardements, éditions Charles Corlet,‎ 1994 (ISBN 2-85480-535-6) 
    • François Lefaivre, Les Condéens sous l'occupation, éditions Charles Corlet,‎ 2001 (ISBN 2-85480-015-X) 
    • Stephen Cooper, The Real Falstaff, Sir John Fastolf and the Hundred Years War, (Pen & Sword 2010)

    Liens externes[modifier | modifier le code]

    Sur les autres projets Wikimedia :

     


    votre commentaire
  •  Ces photos de la ville de Condé-sur-Noireau peuvent être vues en taille réelle en cliquant sur les miniatures. Merci aux auteurs de ces photos.

     
    Conde-sur-noireau, typische Straßenzeile Conde-sur-noireau, typische Straßenzeile
    Photo du 01 Septembre 2010
    Photographe :
    Uwe Gehring

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes voisines Monument dédié aux victimes de l'amiante (Condé-sur-Noireau) Monument dédié aux victimes de l'amiante (Condé-sur-Noireau)
    Cliché du 30 Août 2009
    Prise par :
    Eric Bajart

    Image de la ville de Condé-sur-Noireau ou des environs   Velorails da la Suisse Normandie - Gare de Pont-Erambourg Velorails da la Suisse Normandie - Gare de Pont-Erambourg
    Prise le 07 Décembre 2007
    Image de :
    madhouse601

    Cliché de la ville de Condé-sur-Noireau ou des alentours Rond point Condé sur Noireau Rond point Condé sur Noireau
    Date : 06 Novembre 2007
    Auteur :
    hannolancia

    Vue de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches   Cachez cette ruine que je ne saurais voir Cachez cette ruine que je ne saurais voir
    Photo du 12 Septembre 2009
    Photographe :
    Matthieu PRON

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches Le Grand Samoi à la croisée des chemins Le Grand Samoi à la croisée des chemins
    Cliché du 12 Septembre 2009
    Prise par :
    Matthieu PRON

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes voisines   Condé Sur Noireau Condé Sur Noireau
    Prise le 28 Avril 2010
    Image de :
    Olivier RS Girard

    Image de la ville de Condé-sur-Noireau ou des environs Vue de Condé sur Noireau Vue de Condé sur Noireau
    Date : 02 Juin 2011
    Auteur :
    Francis Doublet

    Cliché de la ville de Condé-sur-Noireau ou des alentours   chapelle chapelle
    Photo du 15 Juillet 2011
    Photographe :
    rollandtherese

    Vue de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches Le vallon de Guéfosse Le vallon de Guéfosse
    Cliché du 13 Février 2012
    Prise par :
    Francis Doublet

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches   Ancienne Vanne au bord du Noireau Ancienne Vanne au bord du Noireau
    Prise le 29 Juin 2012
    Image de :
    Francis Doublet

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes voisines Route de la Houssaye Route de la Houssaye
    Date : 13 Février 2012
    Auteur :
    Francis Doublet

    Image de la ville de Condé-sur-Noireau ou des environs   Cabine téléphonique provenant de Ross-On-Wye Cabine téléphonique provenant de Ross-On-Wye
    Photo du 28 Mai 2012
    Photographe :
    Francis Doublet

    Cliché de la ville de Condé-sur-Noireau ou des alentours Coucher de soleil du 24 Juin 2012 Coucher de soleil du 24 Juin 2012
    Cliché du 24 Juin 2012
    Prise par :
    Francis Doublet

    Vue de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches   Chapelle de Grace Chapelle de Grace
    Prise le 29 Juin 2012
    Image de :
    Francis Doublet

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches Église Saint-Pierre de Saint-Pierre-du-Regard Église Saint-Pierre de Saint-Pierre-du-Regard
    Date : 27 Juillet 2012
    Auteur :
    chguibout

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes voisines   Bassin aux roseaux Bassin aux roseaux
    Photo du 29 Juin 2012
    Photographe :
    Francis Doublet

    Image de la ville de Condé-sur-Noireau ou des environs Jeu de lumière avec les nuages Jeu de lumière avec les nuages
    Cliché du 29 Juin 2012
    Prise par :
    Francis Doublet

    Cliché de la ville de Condé-sur-Noireau ou des alentours   Champs d'orge moissonné Champs d'orge moissonné
    Prise le 20 Juillet 2013
    Image de :
    Francis Doublet

    Vue de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches Condé sur Noireau - Bouilly Condé sur Noireau - Bouilly
    Date : 05 Septembre 2013
    Auteur :
    a3cube

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches   Conde sur Noireau - Brévaux Conde sur Noireau - Brévaux
    Photo du 22 Août 2013
    Photographe :
    a3cube

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes voisines Le petit Samoi Le petit Samoi
    Cliché du 19 Août 2013
    Prise par :
    a3cube

    Image de la ville de Condé-sur-Noireau ou des environs   Touriste parisien égaré Touriste parisien égaré
    Prise le 22 Mars 2009
    Image de :
    Matthieu PRON

    Cliché de la ville de Condé-sur-Noireau ou des alentours Vue sur l'église St Sauveur Vue sur l'église St Sauveur
    Date : 28 Mai 2012
    Auteur :
    Francis Doublet

    Vue de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches   Cinéma Le Royal Cinéma Le Royal
    Photo du 28 Mai 2012
    Photographe :
    Francis Doublet

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches Jules Sébastien César Dumont d’Urville 1790-1842 Jules Sébastien César Dumont d’Urville 1790-1842
    Cliché du 28 Mai 2012
    Prise par :
    Francis Doublet

    Photo de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes voisines   Un soir d'été Un soir d'été
    Prise le 29 Juin 2012
    Image de :
    Francis Doublet

    Image de la ville de Condé-sur-Noireau ou des environs Joli Arc en ciel Joli Arc en ciel
    Date : 25 Août 2012
    Auteur :
    Francis Doublet

    Cliché de la ville de Condé-sur-Noireau ou des alentours   Église Saint-Pierre de Saint-Pierre-du-Regard Église Saint-Pierre de Saint-Pierre-du-Regard
    Photo du 27 Juillet 2012
    Photographe :
    chguibout

    Vue de la ville de Condé-sur-Noireau ou des communes proches Etang normand en automne(61790) Etang normand en automne(61790)
    Cliché du 24 Octobre 2013
    Prise par :
    Pat13

    Photo de la ville

    En savoir plus:
    http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/photos_14174_Conde-sur-Noireau.html#ixzz2uwG76Pep


      


    votre commentaire
  • Condé-sur-noireau : ressources généalogiques, adresses utiles pour vos recherches sur Condé-sur-noireau
    Blason Condé-sur-noireau
    Blason Condé-sur-noireau
    Condé-sur-noireau est la 1352ème ville au classement des communes de France ayant le plus d'habitants. La ville de Condé-sur-noireau avait une population de 6 309 habitants au recensement de 1999. Cette ville appartient au . Pour accéder à plus d'informations sur cette commune, le forum sur la ville de Condé-sur-noireau est disponible gratuitement sur Geneanet
     
     Code INSEE : 14174
     Ancienne(s) dénomination(s) de la ville : | Noireau |
     
    Histoire, Bibliographie
     
    Histoire de Condé-sur-noireau :
          Faire sa généalogie sur Condé-sur-noireau       Autres articles sur Condé-sur-noireau
     
    Achat de livres, relevés, publication et ouvrages sur Condé-sur-noireau :
          Conde-sur-Noireau (Histoire de)
     
    Condé-sur-noireau : Cartes postales 1900 gratuites sur Condé-sur-noireau, illustrations, photos anciennes de Condé-sur-noireau
    la gare
    la gare
    la foire saint gilles
    la foire saint gilles
    L'Hôtel de Ville.(détruit pendant la seconde guerre mondiale).
    L'Hôtel de Ville.(détruit pendant la seconde guerre mondiale).
    Condé-sur-Noireau - Rue Saint-Jacques
    Condé-sur-Noireau - Rue Saint-Jacques
    Condé sur Noireau - rue Saint-Martin
    Condé sur Noireau - rue Saint-Martin
    Rue Saint Jacques
    Rue Saint Jacques
    Photos, cartes postales anciennes de Condé-sur-noireau

    votre commentaire
  • Le Pays de Condé et de la Druance est le regroupement de 14 communes qui sont :

     

    Une commune du canton d'Aunay-sur-Odon
    • Le Plessis-Grimoult
    Deux communes du canton de Thury-Harcourt
    • La Villette
    • Saint-Denis-de-Méré
    Les onze communes du canton de Condé-sur-Noireau
    • La Chapelle-Engerbold 
    • Condé-sur-Noireau 
    • Lassy 
    • Lénault 
    • Périgny 
    • Pontécoulant 
    • Proussy 
    • Saint-Germain-du-Crioult 
    • Saint-Jean-le-Blanc 
    • Saint-Pierre-la-Vieille 
    • Saint-Vigor-des-Mézerets
    • Le 19 décembre 2000, le préfet du Calvados, dans la mairie de La Chapelle Engerbold, a remis aux maires des 13 Communes fondatrices, l’arrêté de création de la communauté de communes du Pays de Condé et de la Druance dite « Condé Intercom ».

      En 2005, la commune de Le Plessis Grimoult a rejoint Condé Intercom en devenant ainsi le 14e membre.

       

      La population de la communauté de communes du Pays de Condé et de la Druance compte 10 241 habitants répartis sur un territoire de 143 km². La ville centre est Condé-sur-Noireauqui compte 5 735 habitants.

      L'activité économique est plutôt industrielle sur la ville de Condé-sur-Noireau. A l'inverse, elle est principalement liée à l'agriculture (élevage bovin, production de lait et de viande) sur l'ensemble des 13 autres communes, avec des exploitations de petites et moyennes dimensions.

      En adoptant la fiscalité mixte, les élus ont fait le choix d'un régime fiscal innovant et original pour une communauté de communes de 10 241 habitants. En 2001, Condé Intercom était ainsi la première communautés de communes à opter pour cette formule en Basse-Normandie.

    • Informations pratiques

      Communauté de Communes du Pays de Condé et de la Druance (Condé Intercom)

      Président : Pascal ALLIZARD

      place de l'Hôtel de ville BP 37
      14 110 Condé-sur-Noireau

      Tél. 02 31 59 20 50

      Fax. 02 31 59 20 51

      Email : Cliquez ici pour nous contacter

      Horaires d'ouverture :
      lundi-mardi : de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30
      mercredi-vendredi : de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00
      jeudi : de 9h00 à 12h00 et de 14h30 à 17h30

       

    votre commentaire
  • Randos à pied

     

    La richesse du patrimoine du Pays de Condé et de la Druance fait de ce lieu un rendez-vous incontournable pour les amateurs d'activités de loisirs de pleine nature et loisirs de tous genres. Randonnées, pêche, détente, il y en a  pour tous les goûts!


    Partez à la découverte d’une nature surprenante, sur les traces de la voie romaine ou à la recherche des parfums et des saveurs du Pays de Condé et de la Druance. Débutants ou passionnés de randonnée, personne ne reste indifférent à la beauté des paysages au fil des circuits du Pays de Condé et de la Druance.

     

    En savoir plus

    Les circuits du Pays de Condé et de la Druance pédestre, équestre et VTT

    infos pratiques

    Musarder sur des sentiers encadrés de chênes majestueux, sillonner au cœur d'une vallée secrète, franchir des pentes dessinant des courbes délicates, tel est le programme que vous propose nos petites randonnées (PR). Retrouver 14 circuits de l'espace randonnée en Pays de Condé et de la Druance dans un topoguide édité par la Communauté de Communes et l'Office de Tourisme du Pays de Condé et de la Druance.

    Ces fiches de randonnées pédestres sont disponibles à l’Office de Tourisme. Elles contiennent toutes les informations dont vous aurez besoin pour profiter pleinement de votre balade : fond de carte IGN, descriptif du circuit, renseignements pratiques, etc.

    14 fiches - 23 circuits - 170 km de chemins balisés
    Tarif : 7 € (+ 2,40 € de frais de port)
    Fiche randonnée : 1,50 € (+ 0,50 € de frais de port)

     


    Renseignements

    Office de Tourisme du Pays de Condé et de la Druance

    9-11 Rue Saint Martin

    BP 28

    14110 Condé-sur-Noireau

    Tel : 02 31 69 27 64

    Fax : 02 31 69 94 84

    tourisme.conde-sur-noireau@orange-business.fr

     


    Topo-guides

    D'autres topo-guides sont également disponibles au sein de l'Office de Tourisme :

    La Suisse Normande et le Pays de Falaise… à pied

    Randonnées en Pays de Falaise

     

    Randonnées en Suisse Normande

    Randonnées du Bocage Athisien en Suisse Normande

     

    Randonnées en Bocage Virois Canton Vassy

     

    Randonnées du Pays de Flers : Randonnées et promenades

     


     

     
     

    Documents joints:


    votre commentaire
  •  Condé sur Noireau

    Ville industrielle dès le 18ème siècle, Condé est l’une des cités les plus actives du Calvados : fabrication de la toile, des draps et du lin, coutellerie réputée. La première imprimerie date de 1829.

    La ville est à son apogée vers 1860 avec une grande industrie textile (55 filatures hydrauliques, 8000 métiers à tisser) et un artisanat très actif.

    Condé connaît ses heures les plus tragiques avec la Seconde Guerre Mondiale. La ville est détruite à 95% par les bombardements du 6 juin 1944 et relève 252 victimes. La reconstruction s’achève en 1963 avec de nouveaux développements à partir de 1970.

     


    Eglise St Martin : L’église st Martin a conservé quelques vestiges des différentes époques de son histoire. Sa nef néo-romane date de la fin du XIX ème siècle. C’est l’église la plus ancienne et longtemps la seule église paroissiale de la ville.

     


     

     

    Eglise Saint Sauveur :

    A l’ origine, cette église correspondait à la Chapelle du Château construit au Xème siècle. Elle se trouvait ainsi à l’extérieur des murs. Un souterrain la reliait au château pour que le châtelain puisse assister à la messe sans sortir de l’enceinte du château. La chapelle est devenue une église annexe de la paroisse de St Martin en 1695, mais St Martin demeura l’unique église paroissiale de la commune jusqu’à la Révolution.

    En 1927, d’importants travaux de restauration sont entrepris. Finie peu avant le début de la guerre, l’église sera presque entièrement détruite lors des bombardements de 1944.

    En 2003, les murs de la nef sont réchauffés par un Chemin de croix très original, réalisé bénévolement par sept artistes peintres bas-normands.

     


    Monuments aux morts :

    Sur la place triangulaire délimitée par les routes de Flers et de Tinchebray s’élève le monument aux morts construit par la première Guerre Mondiale par le marbrier Gauquelin.

     


    Mairie :

     

    L’Hôtel de Ville de Condé sur Noireau sera le dernier bâtiment public reconstruit après les bombardements de juin 1944, inauguré en 1963.

    Il a été construit à l’emplacement de l’ancien Cercle du commerce.

    Sur la façade est encastré un bas-relief érigé à la mémoire des victimes civiles des bombardements de 1944 et sculpté par Mme Florin originaire de Roubaix.

     


    Maisons suédoises :


    Lors des bombardements de juin 1944, la ville de Condé sur Noireau est détruite à 95%. La Suède, pays resté neutre durant le conflit mondial de 1939-1945, prend une part active à la reconstruction de l’Europe ravagée, en apportant notamment une aide considérable à la France, pays ami depuis toujours. C’est ainsi que le Calvados, département particulièrement touché, reçoit dans un premier temps des baraquements provisoires. Le gouvernement suédois décide d’offrir 400 maisons au département du Calvados sinistré (dont 60 à Condé). Ce sont des maisons de plain-pied. Elles ont été livrées entièrement équipées selon le top du confort pour l’époque : cuisine aménagée, chauffage central, douche, WC, buanderie.

    Mémorial des victimes de l’amiante :


    Avec l’amiante, Condé est malheureusement la ville symbole d’un des plus grands scandales de santé publique au XXème siècle. En 1995, le maire de Condé Pascal Allizard, prend l’initiative d’ériger une stèle à la mémoire des victimes de l’amiante au carrefour giratoire qui domine le nord de la ville. Cette stèle baptisée Le Talisman par son auteur, le sculpteur plasticien Laurent Depierre, a la forme d’un cercle en cuivre martelé fendu verticalement.

     


    Médiathèque :

    Depuis sa création en 1990, par Maurice Piard alors maire de Condé, la médiathèque municipale est devenue au fil du temps un lieu d’échanges intergénérationnel, véritable espace de culture et de loisirs ouvert à tous. Située dans un ancien atelier et magasin de confection, elle s’ouvre sur 1200m².

    A découvrir également : ancien Hôtel Dieu, calvaire anti-pesteux, Chapelle de l’Aumondière (Notre Dame de la Pitié), Chapelle Saint Jacques, cimetière et temple protestants, ancien lavoir, ancien stand de tir, demeures de caractère

     

     


    votre commentaire
  • Condé-sur-Noireau est une ville située au nord ouest de la France. La ville est située dans le département du Calvados de la région de la Basse-Normandie. La ville de Condé-sur-Noireau appartient à l'arrondissement de Vire et au canton de Condé-sur-Noireau. Le code postal de la ville de Condé-sur-Noireau est le 61790 ou 14110 et son code Insee est le 14174.

    Conde-sur-noireau, typische Straßenzeile

    Géographie :

    L'altitude de Condé-sur-Noireau est de 80 mètres environ. Sa superficie est de 12.53 km ². Sa latitude est de 48.853 degrés Nord et sa longitude de 0.55 degrés Ouest. Les villes et villages proches de Condé-sur-Noireau sont : Saint-Pierre-du-Regard (61790) à 1.08 km, Saint-Denis-de-Méré (14110) à 3.05 km, Proussy (14110) à 3.30 km, Pontécoulant (14110) à 3.84 km, Saint-Germain-du-Crioult (14110) à 4.03 km.
    (Les distances avec ces communes proches de Condé-sur-Noireau sont calculées à vol d'oiseau - Voir la liste des villes et villages du Calvados)


    Charles Tellier 1828-1913

    Rond point Condé sur Noireau

    Statue de Dumont D'urville

    Condé Sur Noireau

     

    Population et logements :

    Les habitants de Condé-sur-Noireau se nomment les Condéens et les Condéennes. La population de Condé-sur-Noireau était de 5 820 au recensement de 1999, 5 603 en 2006, 5 621 en 2007 et 5 529 en 2009. La densité de population de la ville est de 441.26 habitants par km². Le nombre de logements sur la commune a été estimé à 2 870 en 2007. Ces logements se composent de 2 548 résidences principales, 41 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 282 logements vacants.


    votre commentaire
  • Située dans une vallée, entourée de collines. Un terrain appelé «  les guerres » rappelle sans doute le souvenir de combats qui se seraient livrés ici. Au XIXème siècle, les archéologues locaux ont trouvé des poteries romaines et des sarcophages remontant à l’époque mérovingienne.

    La Ségande, petit affluent de la Druance, traverse la commune du Nord-ouest au sud-ouest.

     

    Eglise St Gerbold :

    Mobilier intérieur des XVII et XVIIIème siècle.

    Oratoire de la Grivellière :


    Situé à un kilomètre du village, sur la route de Saint Vigor des Mézerets à Pontécoulant.

    Vieux lavoir : en pierre récemment retrouvé. On distingue très bien une première construction en pierre et une deuxième en béton. Le tout se trouve près d’une source.

     

    C’est un endroit idéal pour un espace pique-nique ou autre, encastré dans une vallée au bord d’un chemin communal de randonnée.

    A découvrir : Calvaires 

     
     

    votre commentaire
  • Lassy

    Avec ses 1260 hectares, Lassy est l’une des plus grandes communes de la Communauté de Communes.

    Des traces d’occupation romaine attestent de l’ancienneté de cette commune, située à l’extrémité du canton, dans la Vallée de la Druance. Le nom de Lassy apparait pour la première fois dans des documents du XIème siècle : les terres appartiennent alors aux seigneurs de Lacy, fidèles lieutenants de Guillaume le Conquérant.

    PATRIMOINE

    Eglise Saint Rémy : Moyen Age 

    Le porche ogival est surmonté d’un beffroi coiffé d’une coupole d’ardoise elle-même surmontée d’un pyramidion. Le mur sud du transept est orné d’une très vieille fenêtre en accolade grillagée. Le mobilier intérieur est en grande partie XVII-XVIIIème siècle.

     

    Pierres : Ces blocs de pierre liés au sol datent de la Préhistoire et ont dû être formés sur place par des causes naturelles, ou alors déplacés à cet endroit lors des grandes perturbations qui accompagnèrent la formation de l’écorce terrestre. Il est en effet impossible qu’ils aient été placés là par des hommes.

     

    Cet ensemble de mégalithes était le plus important en Normandie, et était comparé autrefois à Carnac quand il était composé de plus de trois cents pierres disséminées en désordre. Il n’en reste plus qu’une dizaine, toutes en quartz blanc sur un sous-sol schisteux. Leur présence s’explique mal.

    Nous savons que Saint Vigor, VIIIème évêque de Bayeux consacra une grande partie de sa vie à détruire les derniers vestiges du paganisme.

    A découvrir aussi :

    Presbytère : XVII-XVIIIème siècle.

    La Mairie : Précédée d’une belle pelouse rustique, la mairie (XIXème siècle.) offre un beau spécimen d’architecture civile rurale. Elle est restée dans son « jus » d’origine avec son fronton triangulaire et son appareillage de schiste, de brique et de granit.

    Maison Cautru (propriété privée) Le plus connu des maires de Lassy est Camille CAUTRU (1919-1960), député du Calvados, grand historien local, qui a écrit un livre sur l’histoire de sa commune. 

     
     

    votre commentaire
  • Situé à 265 mètres d’altitude, le bourg jouit vers l’est et le sud d’un panorama somptueux qui en fait le principal intérêt. A l’ouest, la principale route d’accès au bourg est bordée par une remarquable allée de hêtres. Au sud, le ruisseau de la Porte marque la limite avec la commune de Clécy.


    Eglise St Sauveur et Sainte Trinité : L’église est sous l’invocation du Saint Sauveur et de la Sainte Trinité. L’ancienne avait une tour coiffée d’un dôme.

     

     

    A La Villette se déploient des sentiers de randonnée magnifiques surplombant la Vallée de l’Orne.

     

    Manoir de la Challerie (propriété privée)

    C’est une habitation seigneuriale non fortifiée du XVIème. Demeure agréablement située au sommet d’une petite colline, la façade principale est rehaussée d’une tour construite au XIXème siècle.

    En face, au sud-est, s’élevait le château primitif des seigneurs de la Villette. Des ruines, encore visibles au début du XXème siècle, il ne reste rien aujourd’hui. Au XVIIIème siècle, il y a avait deux seigneurs honoraires à La Villette.

    A découvrir : Calvaires, haras (propriété privée)

     
     

    votre commentaire
  • Lénault

    A l’ouest se trouve une profonde vallée couverte de pâturage au fond de laquelle coule une rivière dite « des Vaux ». Cette rivière prend sa source dans les environs de l’Abbaye du Plessis-Grimoult. Elle sépare la commune de celle de Saint Jean le Blanc et va se jeter dans la Druance au hameau de Marsangle. Il ne reste rien du Château seigneurial des Radulph qui se situait à quelques centaines de mètres à l’est du bourg, à la Baloudière.

     

    Eglise Notre Dame : Elle a été construite du XVème au XIXème siècle. La partie la plus ancienne de cette église date du XVIème siècle, si on excepte la porte principale qui semble être romane. L’église de Lénault avec son clocher à bâtière a été construite au XVIIème siècle (probablement en 1565) par les Anglais.

     

    Arbre de la liberté : Le tilleul de Lénault a été planté près de l’église sans doute vers 1791, alors que la grande vague de plantations en France se situe plutôt à partir de l’été 1792, après l’entrée en guerre de la nation.

     

    Chapelle Notre dame de la pitié de Marsangle: XVIIème siècle :

    Cette petite chapelle est située à quelques mètres du pont jeté sur la Druance. Elle se trouve à la limite sud-ouest de la commune, au hameau de Marsangle. Elle a été construite en 1789 par Etienne Sébire, riche propriétaire de Lénault.

    La chapelle se trouve actuellement sur le territoire de la commune de Saint Jean le Blanc.

     

    A découvrir aussi : Maison Cautru (propriété privée)

    Calvaires : Calvaire en granit légèrement penché.calv Il se trouve dans le cimetière de l’église. Son socle est daté de 1868. Sur la croix on peut lire une inscription en latin. Quatre autres calvaires se trouvent encore sur le territoire de la commune de Lénault.

     
     
     

    votre commentaire
  • Périgny

     

    Les traces d’un habitat gallo-romain ont été retrouvées au siècle dernier à l’emplacement de l’église.

    Pierres druidiques, pierres de Becquerel : Elles datent de la Préhistoire. Le site est tellement difficile d’accès qu’il faut s’armer de courage et y aller de préférence par temps sec. Ces rochers sont surmontés de deux blocs carrés, séparés l’un et l’autre par un léger espace, de la même manière qu’un dolmen. Ces pierres auraient été autrefois utilisées par les druides pour la pratique de leur culte. Dans ces pierres semblent aussi avoir été taillées quelques marches, côté forêt. Le tout est plus ou moins envahi par la végétation.

     

     

    Eglise Saint Julien : Sous l’invocation de Saint Julien, un seul office est célébré tous les 1er mai. L’église, édifiée au XVIème siècle, comme le prouvent les fenêtres du chœur, a été reconstruite en 1880.

    Sur la façade de l’église, au-dessus de la porte d’entrée, nous pouvons voir encore un de ces bas-reliefs, incrusté dans le mur vers 1880, mais datant des XVème ou XVIème siècle. Ce bas-relief est tellement mutilé qu’il est difficile d’identifier la scène représentée.

     

    Monument 349th Bomb Squadron : Monument à la mémoire de l’équipage du bombardier du 349th Bomb Squadron de l’US Air Force, qui s’est écrasé sur la commune la 9 août 1944.

     

    A découvrir : Pierres tombales, ancien presbytère (propriété privée)

     
     

    votre commentaire
  • Pontécoulant

    Pontécoulant est le plus petite des 14 communes de Condé Intercom. Elle est peut-être la plus grande par son intérêt patrimonial.

    Le site fut fréquenté dès l’ère paléolithique, comme le prouvent les quelques silex taillés découverts à la fin du XIXème siècle. De même, pas loin de l’église du village, on trouva à la même époque une rouelle de plomb, ornée de perles, monnaie ou amulette du peuple gaulois. Il est probable que les Roches au Renard et au Lièvre aient servi autrefois pour des cérémonies celtes.

     

    Eglise St Michel :

    L’église d’origine devait dater de la fin du XIIIème ou du début XIVème siècle.

    En 1706, elle est détruite par un ouragan. De nouveau endommagée en 1944, seuls en subsistent le clocher et une pierre tombale qui porte le nom de Guillaume Lautour décédé le 13 décembre 1749, rappelant qu’il fut fondateur de la première messe du dimanche à Pontécoulant. Un coffret de plomb va être trouvé dans un mur. Il contenait une matière desséchée et cartilagineuse qui pouvait être un cœur humain, mais aucune date, ni inscription n’indiquait son origine. Sur ordre du maire, le coffret a été encastré dans la maçonnerie.

     

     

    La Chapelle Saint Michel :

    A l’emplacement de la chapelle d’aujourd’hui s’élevait, selon la tradition, un temple gallo-romain. D’ailleurs la voie romaine de Vieux, allant en direction de Jublains, passait sur cette colline. La première chapelle dédiée à St Michel est probablement tombée en ruine lorsque l’église de la commune a été bâtie. La chapelle a été reconstruite en style byzantin par le comte Auguste de Pontécoulant en 1883. Elle a été restaurée en septembre 2001. Les pèlerins s’y rendent une fois par an.

     

    A découvrir : le Château de Pontécoulant, La Roche aux Renards, les bois

     
     

    votre commentaire
  • Eglise Notre Dame

     

    Placée sous l’invocation de Notre Dame, elle daterait du XVIème siècle mais aurait été agrandie à la fin du XVIIème siècle.

     

    Oratoires de la Vierge : Trois oratoire discrets qui ont tendance à se fondre dans le paysage. Le premier, édifié en 1902, est consacré à Notre Dame du Salut. Le second de la même époque, coiffe un puits où l’on accède par une porte. On peut voir le troisième aux Haies. Encore plus discret que les deux premiers, le lierre l’habille très bien.

    Stèle Lanfranchi : Située près du monument aux Morts, cette stèle est dédiée au pilote canadien James Lafranchi, âgé de 26 ans, de la 403ème Escadrille de la Royal Canadian Air Force, abattu par la DCA allemande le 28 juin 1944 à Proussy.

    La Roche Baligot : Haut escarpement rocheux sur la route des Iles à Pontécoulant. Belle vue sur la Druance et sa vallée. Une fée veillerait ce lieu.

     


    A découvrir : Calvaire, Chapelle st Aubin (propriété privée), Monument aux morts, la Manoir de la Fresnaye (propriété privée), ancien presbytère Montbray (propriété privée)

     
     

    votre commentaire
  • Les sarcophages mérovingiens trouvés dans le cimetière de la Chapelle St Martin des Champs indiquent une occupation ancienne des lieux. L’aspect de Saint Denis de Méré est pittoresque. Une partie de son territoire, trop accidentée pour qu’on puisse la cultiver, est couverte de bruyère et de bois. La commune est arrosée au sud par le Noireau qui traverse un de ses villages les plus peuplés, Pont Erambourg. La commune est limitée par la vallée du Noireau.

    Eglise et Chapelle Saint Martin des champs 

    Au Moyen Age, il y avait deux églises à Méré : Saint Denis, dans le bourg actuel, et Saint Martin des Champs, desservies toutes les deux par le même curé. L’église de Saint Martin est de beaucoup la plus ancienne des deux. Elle est construite en schiste et granit, entourée d’un cimetière.

    Chapelle Saint Martin des Champs

    L’intérieur de la Chapelle est rustique. Il abrite une cheminée qui donne à penser que la nef est peut-être divisée à une époque en 2 parties, l’une servant de demeure à un ermite ou un chapelain. A proximité, le puits de Saint Martin dans le passé est réputé pour la guérison des fièvres. Autour de la chapelle un cimetière, où sont découverts en 1886 et 1977 des sarcophages  du VIIème siècle.

    Chapelle notre Dame des Vallées

    C’est en 1847 que débute la construction de la Chapelle, mais faute de moyens et de volonté les travaux s’interrompent et en 1908 l’édifice est loué comme hangar à foin, à bois et à fagots. En 1941-42 c’est la reprise des travaux. On y célèbre la première messe en août 1944 et les travaux intérieurs se terminent en 1952.

    Le Pont des Bordeaux :

     

    L'expérience malheureuse de Dieppe (août 1942) avait démontré aux alliés qu'il leur serait impossible de débarquer dans une ville portuaire déjà existante : la défense aurait été trop efficace et les dégâts subis trop importants. Il a donc été décidé de mettre en place des digues artificielles et préfabriquées. Winston CHURCHILL, à l’origine de cette idée, chargea Lord MOUNTBATTEN du projet des ports préfabriqués.

    Les éléments constitutifs furent tractés par des bateaux depuis la côte anglaise, et assemblés sur place. Des caissons Phœnix furent coulés au large des côtes pour encaisser les futurs ports. A l'intérieur des rades, ainsi délimitées, des plates-formes flottantes furent mises en place. Pour relier les quais aux côtes, on adopta le système des routes métalliques souples reposant sur des flotteurs en acier ou en béton armé. Le tout fut opérationnel le 18 juin.

    C’est un élément de ces routes métalliques qui fut utilisé plus tard, en 1945, pour reconstruire le pont des Bordeaux, détruit dans la nuit du 29 juin 1944 par les résistants français.

    Ce pont, aujourd’hui unique en France, fut restauré au printemps 2002 par le Conseil Général du Calvados.

    Monument des aviateurs : Le 4 août 1944, un avion de l’armée française (un Boston) s’est écrasé dans le champ derrière le monument actuel. Quatre jeunes aviateurs du groupe Lorraine furent tués lors de l’accident.

    Arboretum : Arboretum réalisé à l’initiative des élèves de l’école publique de Saint-Denis-de-Méré en 1992-93, avec l’aide du conseil municipal. Le projet a été deux fois primé par la fondation Yves Rocher au concours national « Une école, un arboretum » en février 1993 et en février 1995. 150 espèces ont été plantées pour aménager les 7000 m² de surface.

     
     

    votre commentaire
  • Saint Germain-du-Crioult

    La commune est située au Sud du Calavdos, à la limite du Bocage virois et de la Suisse Normande.

    Eglise Saint Germain 

     

    Saint Germain-du-Crioult

     

     

     

     

     

    La première église en pierre a été construite en 1185. Plusieurs fois restaurée, elle a été en partie reconstruite entre 1631 et 1635.

    En août 1944, l’église a été presque entièrement détruite par les Allemands. Ils avaient entassé plusieurs kilos d’explosifs dans le clocher et ont même demandé à la population d’ouvrir les fenêtres des maisons ; le chœur seul résista à l’explosion.

    La nouvelle église a été construite pendant de longues années : en 1954 la reconstruction est presque achevée, à l’exception du clocher. Le baptême des trois cloches a eu lieu en 1958.

    Calvaire du cimetière : Les sculptures de la base (XVème siècle) représentent, grossièrement sculptés, des enfants nus tenant des écussons, trois têtes de mort, la croix avec les clous.

    Le parapluie : C’est un hêtre pleureur, plusieurs fois centenaire. Il est situé à environ 800 mètres du village, sur la route de Vassy. Les branches, très nombreuses, descendent jusqu’à terre et mesurent plus de quarante mètre de tour.


    Si on calcule son âge approximatif (10 cm de circonférence tous les 8 ans, puisque l’espace est boisé…), le parapluie serait deux fois centenaire.

    Il est possible qu’il soit l’arbre de la révolution.

     

    A découvrir : Pierres tombales, Manoir de la Hiaule (propriété privée), Manoir du Mesnil salé (propriété privée), manoir et Chapelle de Gouvix (propriété privée), Château du Rosel (propriété privée), ancien presbytère (propriété privée), Château des Ramiers (propriété privée), monument aux morts.

     
     

    votre commentaire
  • Saint Jean-le-Blanc

    Saint Jean le Blanc est une des plus anciennes communes de Condé Intercom. Elle a la particularité d’être presque entièrement bornée par des rivières : au sud par la Druance, à l’ouest par le Roucamps et à l’est par le ruisseau des Vaux. Un petit ruisseau, la Tortonne, la traverse d’est en ouest.

    La tradition semble indiquer que cette commune était habitée sous les Romains. Il semble y avoir eu à proximité de l’église actuelle un palais ou une villa appartenant à un chef ou commandant du camp romain du Plessis-Grimoult tout proche.

    Eglise : Elle a été construite au Moyen Age. Au cours de la retraite allemande d’août 1944, l’église est incendiée. Seule subsiste une portion des murs de part et d’autre du chœur. Elle a été reconstruite sous la direction de l’architecte de Condé Amelon. Il tente d’harmoniser la nouvelle construction avec les vestiges anciens en élevant des voutes ogivales et des arcs simples avec des colonnes et des chapiteaux inspirés de la tradition romane.

     

     

    La Ferme d’Escures : La ferme propose de découvrir un parc animalier. Deux gites de groupes, boutique et vente de produits à la ferme


     

    A découvrir : Calvaires, La Poste, Moulin de Marsangle (propriété privée), Monument aux morts, le Château du Clény (propriété privée)

     

    votre commentaire
  • Saint Pierre-la-Vieille

    Située non loin au sud du Mont Pinçon, elle subit en 1944 une bataille très dure. La commune est prise et reprise trois fois par la 43ème  division britannique qui veut prendre le Mont Pinçon à revers alors que les Allemands s’y accrochent.

    L’église : Dédiée à St Pierre, on aperçoit de loin, en venant de Condé, sa tour en bâtière. Presque entièrement reconstruite après les combats de l’été 44 qui virent la destruction de la nef et du chœur, elle fut inaugurée en 1952. A l’intérieur, derrière le maitre-autel, le chevet est éclairé par des vitraux modernes réalisés en 1957 par l’atelier Degusseau d’Orléans d’après les cartons de Maurice Rocher. Il relate les différents épisodes de la vie de Saint Pierre : l’appel du Christ, la remise des clefs, la prison, le martyre.


     
     
     

    votre commentaire
  • St Vigor fut l’un des premiers évêques de Bayeux. A la suite de Saint Gerbold, il se consacra à détruire le paganisme des campagnes au VIème siècle. Il est mort en 537. Mézerets : viendrait du latin meseretis signifiant vieilles demeures.

    Eglise Saint Vigor :

    Inscrite aux monuments historiques, elle est assez remarquable pour la région. Sauf quelques fenêtres modernes et une addition à l’est, elle parait être du XVème siècle.

     

    Chapelle Saint Laurent des Aulnes :

    L’existence d’une chapelle primitive est attestée dès le XIIème siècle. Très fréquentée durant le Moyen Age, elle est détruite pendant la révolution. Restaurée en 1925, elle est aujourd’hui à l’abandon. St Laurent patron des verriers, exposés naturellement au feu, passait pour guérir les maladies éruptives, les irritations de la peau et les brûlures.

     Roadside cross Saint Vigor des Mézerets

      

    Church Saint Vigor des Mézerets

    Marsangle and the Mont Pincon TV tower

      

    A découvrir : ancien lavoir, Moulin du Bœuf (propriété privée)

     

     
     

    votre commentaire
  • Découvrir le Domaine

    Image associée

     

     

    Le domaine rassemble les marques distinctives de la noblesse : château, pavillons du garde-chasse et du jardinier, colombier, parc paysager, ferme, bois et terre.

    La famille Le Doulcet de Pont-écoulant va s’installer sur les terres au XIVème siècle.

    La famille meublera le Château au goût du jour et rapportera de nombreux souvenirs de ses différents voyages.

    Le Domaine de Pont-écoulant offre aux promeneurs une cour d’honneur avec un parterre à la française. Le parc à l’arrière du château, d’inspiration anglaise, classé à l’inventaire des monuments historiques, est en accès libre et permet un temps de promenade agréable.

     Résultat de recherche d'images pour "photo du chateau de Pontécoulant"

     


    votre commentaire
  • L’Histoire

    Au XIVème siècle : Motte féodale

    Au XVIème : Incendie pendant les guerres de religion. Le reste de l’édifice est rasé. La première partie de la demeure avec la tour est construite.

    Au XVIIème siècle : La fidélité du Marquis de Pontécoulant « Léon Armand »  au service du roi Louis XV et des mariages avec des jeunes femmes issues  de bonnes familles de la région notamment la famille «  Harcourt » (Seine Maritime) ont permis l’ascension sociale de la famille.

    Au XVIIIème siècle : Agrandissement et réaménagement du Château. Des travaux sont engagés pour en faire une résidence confortable.

    Au XIXème : Mme de Barrère, dernière dame de Pontécoulant, sans descendance,  décide de léguer le Domaine au département en 1896 sous réserve d’en ouvrir un musée.

    XXème : Décès de Mme de Barrère le 3 janvier 1908

     
     

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "photo du chateau de Pontécoulant"

    Informations pratiques

    Horaires d’ouverture

    Nouveaux horaires :

    - 15/03 au 30/04 : ouvert de 14h30 à 17h30,

    - 01/05 au 30/09 : 10h-12h/14h30-18h

    - 01/10 au 15/11 : ouvert de 14h30 à 17h30, fermé le matin sauf pour les groupes

     


     

    Tarifs

    Entrée plein tarif : 3.50 €

    Tarif groupe : 3 €
    possibilité de formules gouter/petit-déjeuner pour les groupes : 5,50€ par personne (sur réservation)

    Pass patrimoine culturel  : 5.50 €

    Mise à disposition des jardins  : 325 € (+ caution 500€)

    Droits photographiques intérieur : 75 €


    Droits photographiques extérieur : 33 €

     

    Parking gratuit, boutique, salon de thé « Le Boudoir d’Augustine », départ de randonnées, accès handicapés.

     

    Accès

    Par l’autoroute A84 depuis Caen : Sortie 43 Aunay sur Odon direction Condé sur Noireau.

    Depuis Condé sur Noireau : direction Aunay sur Odon

    Coordonnées GPS Bourg de Pontécoulant : Longitude : 00°35’17’’ – Latitude : 48°52’42’’

     
       
     

    votre commentaire
  •   

    Au coeur de la Suisse Normande, comme un joyau dans son écrine, venez découvrir, au fil de la Druance le Château de Pontécoulant...

     
     
    Le domaine de Pontécoulant - Communauté de Communes
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Actualités     
    Résultat de recherche d'images pour "photo du chateau de Pontécoulant"

     

    • Samedi 15 mars : réouverture du Château de Pont-écoulant avec pour exposition quelques photos du concours photo 2013 « Les chapelles et oratoires »
      • 1er avril au 31 aout : Concours photo sur le thème “Le monde du Cheval dans le Pays de Condé et de la Druance”
      • Samedi 17 mai : Nuit des musées et « Pierres en Lumières » avec visite théâtralisée « La marquise et la demande en mariage » avec l’association « Paroles et mimiques » de 14h30 à 17h30. Réservation conseillée au 02 31 69 62 54
      • Samedi 14 juin : dans la continuité du salon du livre à l’Atelier, dégustation au Château en temps de guerre (18h-20h) et concert de chansons au temps des rutabagas par l’Orchestre des courants d’air (20h-22h)
      • Samedi 5 juillet : David Lecœur, historien, propose une  initiation à la radiesthésie au domaine de Pont-écoulant. Découverte de l'histoire et de l'utilisation des objets divinatoires liés au métier du sourcier. Vous participerez à un atelier ludique de sourcellerie en mettant en pratique des savoirs faire ancestraux. Rendez vous : 14h30 au château de Pont-écoulant. Tarif : 5 euros adulte, gratuit -18 ans. Renseignements au 02 31 69 27 64. Sans réservation.
    • Dimanches 27 juillet, 24 août et 14 septembre : visite théâtralisée  « La marquise et la demande en mariage » avec l’association « Paroles et mimiques » de 14h30 à 17h30. Informations au 02 31 69 27 64
    • 13 septembre : Concours gastronomique et visite des structures des jardins du Château avec David Lecœur puis lecture dans les jardins du château. Visite d'une heure commentée à 16h.
    • 20 et 21 septembre : Journées du Patrimoine au Domaine de Pont-écoulant
     

    votre commentaire
  • Des pierres taillées du néolithique, un dépôt monétaire gaulois et un nombreux mobilier ancien attestent une permanence de l’occupation humaine sur le territoire de la commune.

    Mont Pinçon (345m) : panorama. Au premier plan, les coteaux sur les schistes du cambrien, occupés par des herbages et les plantations du Bois du Roi, puis la crête boisée. Par temps très favorable, on aperçoit la Baie de Seine et les falaises du Havre.

    Au sommet de celui-ci s’est installé le Centre émetteur de Radio et de Télévision de Caen. Il est opérationnel depuis 1956. Le grand pylône actuel, haut de 216m, a été construit en 1968.

     

    Stèle Royal Hussars :

    Cette stèle, de granit rose, a été érigée au Mont Pinçon en mémoire du service du 13/18 Royal-Hussars pour commémorer la prise du Mont-Pinçon le 7 août 1944 par les blindés du régiment britannique.

    Eglise Saint Laurent : L’église primitive du XIIème siècle subit de nombreuses modifications. La nef est éclairée par de larges baies ogivales et terminée par un chœur roman long de deux travées. A partir de 1947, à la suite des dommages causés par la Seconde Guerre Mondiale, l’ensemble de l’édifice est restauré.

    Abbaye :

    C’est tout ce qui signale au premier abord le site de l’ancien prieuré de chanoines augustins de St Etienne. De cette abbaye qui fut la plus belle du Bocage, ne subsistent de nos jours, que la tour sud, et une petite partie de la salle capitulaire.

    Chapelle Saint Célerin : Elle date du XIXème siècle, reconstruite pour abriter un plus grand nombre de pèlerins, la Chapelle est terminée par une abside en cul de four. Dédiée à Saint Célerin depuis le Moyen Age, elle est implantée lors de sa fondation au pied de la source afin de christianiser les lieux.

    A découvrir : Calvaire, station d’émission TDF du Mont Pinçon, Fontaine Saint Célerins

     
     

    votre commentaire
  •    

     

     

                   Chemin de Cahan

     

     

     Suisse Normande

     le bocage

    Cahan est un petit village situé au nord ouest de la France. Le village est situé dans le département de l' Orne de la région de la Basse-Normandie. Le village de Cahan appartient à l'arrondissement de Argentan et au canton de Athis-de-l'Orne. Le code postal du village de Cahan est le 61430 et son code Insee est le 61069.

    La population de Cahan a été estimée à 203 habitants en 2007. Vous trouverez ci-dessous un ensemble de graphiques courbes et statistiques du recensement de la population du village de Cahan.
    La population de Cahan était de 186 habitants en 1999, 211 habitants en 1990, 223 habitants en 1982, 205 habitants en 1975 et 250 habitants en 1968.

    à une surperficie de 5,87 km², soit une densité de population de 34,58 habs/km².

    Voir la population des villes et villages proches de Cahan :
     - Population de Pont-d'Ouilly (14)  situé à 2.42 km de Cahan
     - Population de Ménil-Hubert-sur-Orne (61)  situé à 2.65 km de Cahan
     - Population de Berjou (61)  situé à 3.07 km de Cahan
     - Population de Le Bô (14)  situé à 3.75 km de Cahan
     - Population de Cossesseville (14)  situé à 3.90 km de Cahan

    Voir la population de la préfecture du département de l' Orne : Population Alençon

    Voir la population des autres villes de l' Orne : Orne

    A voir aussi, les logements de Cahan, les photos de Cahan, le plan de Cahan

    En savoir plus: http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/population_61069_Cahan.html#ixzz2wMUg0sPe

    Géographie :

    L'altitude de Cahan est de 160 mètres environ. Sa superficie est de 5.87 km ². Sa latitude est de 48.865 degrés Nord et sa longitude de 0.444 degrés Ouest. Les villes et villages proches de Cahan sont : Pont-d'Ouilly (14690) à 2.42 km, Ménil-Hubert-sur-Orne (61430) à 2.65 km, Berjou (61430) à 3.07 km, Le Bô (14690) à 3.75 km, Cossesseville (14690) à 3.90 km.
    (Les distances avec ces communes proches de Cahan sont calculées à vol d'oiseau - Voir la
    liste des villes et villages de l' Orne)

    Population et logements :

    Les habitants de Cahan se nomment les Cahanais et les Cahanaises.

    En savoir plus:
    http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/61069_Cahan.html#ixzz2wMSXmnOa

     


    votre commentaire
  • Pour marcher, randonner à vélo ou à cheval, plus de 150 kilomètres de sentiers couvrent tout le territoire de l’agglomération de communes de Saint Lô qui regroupe tous ces lieux : Agneaux, Baudre, La Barre de Semilly, La Luzerne, La Meauffe, Le Mesnil Rouxelin, Pont Hébert, Rampan, Saint Georges Montcocq, Saint-Lô, Sainte Suzanne sur Vire.

    Découvrez la surprenante campagne environnante autour de St Lô, qui vous offrira le calme et la beauté recherchés le temps d’une randonnée reposante, loin du quotidien. Entre campagne et rivière, profitez des chemins de halage de la Vire et percez les mystères d’une histoire séculaire.

    13 boucles de randonnées et 4 boucles à vélo sont à télécharger sur le site de l’agglomération.

    Bonne randonnée !

    Visitez le site


    votre commentaire
  • Voilà une excellente initiative! Des randonnées toutes prêtes à consommer, du prêt à marcher.

    Vous choisissez la randonnée, vous louez le GPS et vous voilà prêts pour une bonne randonnée à travers la campagne normande, sans risque de vous perdre !

    Vous avez le choix entre 9 boucles autour de Villedieu les Poêles de 5 à 27 km et 20 randonnées au départ de Bréhal de 4 à 18 km. Il y en a pour tous les goûts. Vous pouvez même commencer par une petite ballade pour vous mettre en jambe et finir la semaine par une grande boucle d’une journée.

    Villedieu les poêles, célèbre pour ses cloches, et son arrière pays bocager vous surprendront par son patrimoine architectural et artisanal hors du commun.

    Bonne randonnée et à bientôt sur les chemins normands.

    Visitez le site


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires